Feeds:
Articles
Commentaires

 

 

Rien

 

 

 

L’  i n e x i s t e n c e   e x i s t e  ;  c’  e s t   r i e n . . .

 

 

Publicités

 

 

 

 

Quand la vie vous la dérègle au quart de tour

avoir cette envie de partir en quête de soi

de se revivre loin

dans toutes les profondeurs du monde

peut-être même dans les forêts de Sibérie…

 

 

 » Je suis parti parce que la vie m’étouffait comme le col d’une chemise trop serré.

Je suis parti parce que le bruit du monde m’assourdissait et j’étais étourdi de n’avoir plus de temps.

Je voulais vivre de la lenteur, de la simplicité et de l’émerveillement.

Ne garder que l’essentiel.

Or, on ne peut pas garder l’essentiel; on le découvre.  »

 

 

Dans les forêts de Sibérie

un grand film de Safy Nebbou

une sensible musique de Ibrahim Maalouf

 

 

Jamais jamais…

 

 

Trou

 

 

Jamais je n’ai trouvé

le trou de mémoire

pour m’y glisser

et t’oublier


jamais jamais…

 

 

 

Seule_ment

 

S’abandonner

le grain de la peau à découvert

 

sur une mousse   fraîche   tendre

ou

sur une pierre   chaude   douce

 

gorgé de soleil à nu

jusqu’à l’imbiber de l’instant

 

les pores pleureuses

bien

avant la tombée de l’hiver

 

 

 

Le coeur à l'envers

 

 

Secouées par l’émotion profonde

une kyrielle de lettres se renversent

les mots s’épanchent dans un poème

 

 

 

 

 

 
Débordant toute la vastitude de son âme

toute l’infinitude d’un désert étendue sur elle

son Sahara

ses pierres

son sable

ses montagnes

ses plaines

cet oasis à lui donner soif à en mourir

son mirage disparu entre les dunes

 

 

 

 

 

 

Copie de DSCF3832

 

Juste pour le plaisir de jouer avec la lumière et le soleil!


Une seule lumière peut faire naître tant d’ombres.


L’ombre serait-elle aussi une part de la lumière?

Et n’est-ce pas dans l’ombre que l’on cherche la lumière?

Ce serait donc dire que l’ombre a besoin de lumière?

Serait-ce ainsi la lumière qui se retrouve dans les ombres?

Y aurait-il vraiment un trait d’union entre l’ombre et la lumière?

Entre un là et un là, n’y aurait-il pas toujours un chemin?

Infiniment?

Je le croirais!