Feeds:
Articles
Commentaires

 

Le hasard n’existe pas
à ce qu’on dit
mais si 
sur la route
s’est présentée
cette immense chance
vous l’aurez eu 
ce mémorable rendez-vous
avec l’amour d’une vie
avec l’amour de votre vie…

 

Et j’ai emprunté de bien sensibles mots, de bien jolis mots pour dire de lui…

 

Merci monsieur Robert-James Waller pour le livre
et merci monsieur Clint Eastwood pour le film.
Et merci la vie pour cette certitude,
pour ce précieux présent inoubliable
vers qui je suis tombée,
dit-elle.

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

Voilà pourquoi je suis sur cette planète, maintenant … Pas pour voyager ou faire des photos, mais pour t’aimer. Je le sais aujourd’hui. Je suis tombé du cercle d’un lieu très haut, très grand, il y a longtemps, des années avant de vivre cette vie. Et pendant toutes ces années, je tombais vers toi.

   

Elle lui dit … curieusement, je t’appartiens. Je ne voulais pas être possédée, je n’en avais pas besoin et je sais que tu n’en avais pas l’intention, mais c’est arrivé. Je ne suis plus assise sur l’herbe à côté de toi. Je suis en toi, prisonnière et heureuse de l’être. 

 

Lui de répondre   Je ne sais pas si tu es en moi ou si je suis en toi, ou si tu m’appartiens. Une chose est sûre, je ne veux pas te posséder. Je pense que nous sommes tous les deux à l’intérieur d’un autre être que nous avons créé et qui s’appelle – nous -. 

   

En fait, nous ne sommes pas vraiment à l’intérieur de cet être. Nous sommes cet être. Nous nous sommes tous les deux perdus et nous avons créé autre chose, quelque chose qui existe seulement comme une fusion de nous deux. 


… Tu crois que ce qui vient de nous arriver peut arriver à tout le monde, que nous éprouverons encore ce que nous éprouvons l’un pour l’autre? … et tu sais combien de personnes cherchent ça toute leur vie sans jamais le trouver, et combien ne savent même pas que ça existe?

    

J’ai une chose à dire, une chose seulement; je ne l’ai jamais dite à personne, et je te demande de t’en souvenir: dans un univers d’ambiguïtés, ce genre de certitude ne vous est donné qu’une fois, et jamais plus, quel que soit le nombre de vies qu’on traverse.

 

Pour l’univers, quatre jours n’ont pas moins de valeur que quatre milliards d’années-lumière. J’essaie de garder cela présent à l’esprit. … Et toutes les rationalisations philosophiques que je peux invoquer ne m’empêchent pas de te désirer chaque jour, à chaque instant. 

 

Au fond de moi, la plainte impitoyable du temps, un temps que je ne peux pas passer avec toi. 

 

Je t’aime profondément et complètement. Et je t’aimerai toujours.

 

En quatre jours, il m’a donné une vie entière, un univers, et a fait un tout des parties de mon être. Je n’ai jamais cessé de songer à lui, à aucun moment. Même quand je ne pensais pas consciemment à lui, je pouvais le sentir quelque part, il était toujours là.


Je me souviens de tout.

 

Voilà pour la belle belle belle histoire
dit-elle.

 

Merci la vie, dit-elle encore.

 

L’écho…

 

Lune pleine

 

Il fait lune tout plein

elle est partout

à entendre

tellement fort

ici et là

dans tout son éclat

tout son écho


mais c’est le tien

que je cherche

en vain…

 

Le grand jardin

 
Grand jardin

 

Même
au cœur des nuits opalines
j’ai tant et tant et tant

               vous le savez

à en faire fleurir
encore

et toujours
la chérir

cette Pensée
ma précieuse
mon immortelle

tendrement enracinée
dans le creux du sillon
de tout le sens unique
de mon âme blottie
dans le grand jardin du silence

 

 

Flamme

 

 

Aveugle

se glisser
derrière l’ombre
de la lumière

dans toute l’obscurité
du bout des doigts
sensiblement

toucher le vide
embrasser l’invisible
puis s’y fondre

 

 

 
Histoire d'eau

 

 

La certitude comme l’incertitude sont des mêmes eaux;
par l’une, on s’y jette et on s’y baigne
par l’autre, on y tombe et on s’y noie

 

 

Il est

Un

Seul

Vrai

Grand 

qui

de    t o u t e    la vie

vous aura livré

le plus doux 

de tous les combats

comme un cadeau du ciel

un gigantesque coup de chance


dans un seul regard pour deux

cette avancée vers l’âme

ce corps-à-corps 

à se donner corps et âme

avec ce pouls battant la chamade

cet infini coup de cœur

sur-le-champ


et ce KO


à en perdre    t o u t e    la raison

à ne plus en revenir


hypermnésique


y voir encore des étoiles

et un ange

qui ne vous quitte plus


vous berçant toujours

le cœur sur ce ring

 

 

Y rester

 

 

Y rester

 

 

Dérouté dans l’espace exigu

d’un passage à vide

se retrouver

tout à la fois

sur la ligne de départ

et sur le fil d’arrivée

 

trop tard pour reculer

trop désorientant pour avancer

 

y rester

à ne plus en revenir

mais toujours

jusqu’au bout

y rester

à la hauteur de soi