Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Une histoire…’ Category

 

 

Elle part à l’autre bout du monde

sentir le vent et les marées

toute seule à bord de son voilier…

 

           Son cœur mis en mer

           pour rester au ciel

           within you

 

Lentement aspirée par le vent

à travers toutes ces îles

elle se laissera emporter

à se cloîtrer toutes les voix

elle se laissera dériver

à se perdre à vouloir oublier

à trouver tout partout tout partout

ce qui n’existe qu’une seule fois

comme un toujours

pour se retrouver

comme toujours

amarrée à une souvenance

qui ne s’en finit plus de se souvenir

à la noyer toute entière within you

comme une histoire tournant en boucle dans sa pensée

peu importe toute l’immensité où elle s’en va

où elle sera

où elle irait

elle le sait

c’est écrit…

 

Coiffés d’une dentelle de petits oiseaux

ses cheveux danseront dans les foins salés

et son âme tendre et fragile

se laissera entraîner si près du tout loin

le regard fiancé à l’horizon

le cœur within you

et le soir

et la nuit venue avec tous les rêves permis

elle plongera ses iris en fleurs dans la lumière de la Grande Ourse

qu’ils soient aussi du firmament

pour s’endormir doucement auprès d’Elle

au pays du plus merveilleux des songes

elle le sait

c’est écrit…

 

Et après

après avoir gravé sa mémoire sur les rouges falaises

après avoir glissé ses absences entre les si jolis coquillages

après avoir jeté à la mer tous les cris de ses silences

se laissera voguer dans l’onde

se laissera naviguer dans l’espace

se laissera revenir jusqu’à son à tout jamais

le cœur within you

elle le sait

c’est tellement écrit…

 

Publicités

Read Full Post »

Filigrane

 

Sur mes petits coussins de lettres

toute ma lumière en transparence

et comme dessous

la pureté de ce chemin qui n’en finit pas

je t’amoure infiniment depuis toujours

que j’ai écrit dans tout ce sens

celui que tu as donné à ma vie…

 

Sous chacun de mes mots

sous chacun de mes jours

tu es Mon Filigrane

et mon cœur est profondément gravé en toi…

 

Read Full Post »

 

Tout lentement

la nuit me déboutonne les heures

encore       

me met à nu

et tombée de moi

une autre nuit blanche à découvert

un rêve m’échappe

le même me revient

le même

toujours

des cheveux entre mes doigts

des mots forts en chuchotement

les mêmes

à l’infini

les mêmes

et un si merveilleux songe endormi entre mes bras… 

 

* * * * * * * * * * * * * * 

 

Pendant que la nuit dégrafe le firmament

le dénude tout doucement 

lumineuses et rayonnantes

sans pudeur

elles se dévoilent 

les étoiles à ciel ouvert

à nous inventer une Voie lactée

et c’est une belle histoire entre elle et elles

entre elles et moi…

 

 

Read Full Post »

 

 

Bien plus brûlante que le sable étendu sous ses pieds

tendrement marquée de son ailleurs titanesque

une précieuse empreinte toute dorée tatouée sur sa peau…

 

 

Infiniment portée par son grand bleu géant

à tout jamais

elle le rejoint

dans une vague de toujours

les heures brodées de petits coquillages

avec encore un peu de sable entre les doigts

elle veut lui raconter toutes les étoiles de sa mer

elle veut lui écrire tout le turquoise de son océan

elle veut lui offrir l’immensité de son horizon

et elle dit qu’il lui faut frotter ses lettres de toute son âme

pour qu’à tue-silence même

si tant profondément

toutes toutes toutes elles se sentent

toutes toutes toutes il les ressente…

 

 

 

Read Full Post »

 

Qui peut s’imaginer l’infinitude et la puissance de l’océan, pieds nus dans la rivière?

 

Un jour

l’océan devant soi

toute sa puissance qui vous foudroie

toute son immensité qui vous plonge dedans

 

plus fort que tout

plus fort que Nous

 

Un jour

l’emportance

oui

ce qui emporte vers l’infinie infinitude infiniment…

 

Un jour

elle dit qu’il lui est apparu

qu’il était là simplement devant elle

qu’elle l’a reconnu

son océan

comme s’il l’attendait depuis toujours

comme si elle l’attendait depuis toujours

pour y glisser tout son cœur dedans

et pour y prendre la mer…

 

Assise sur un si joli banc de mémoire

elle dit que personne ne peut comprendre de cet océan

tant qu’il ne connaît que le courant de la rivière

tant qu’il n’a pas été emporté par le large

tant qu’il n’a pas tangué très fort dans toutes ses vagues

qui vous ramènent toujours à Lui…

 

Et elle dit qu’un océan pareil ne vous emporte vraiment qu’une seule fois

et que jamais vous n’en revenez

que jamais vous ne voulez en revenir

et que votre cœur restera toujours en lui…

 

Read Full Post »

L’Alchimiste

Je crois que je crois
que parfois
les mots nous choisissent
bien avant que nous le fassions…
Ils se déposent
juste là
sur nos heures
le moment venu…

Il l’était…

Comme si on me l’avait injecté
« L’Alchimiste »
de Paulo Coelho…

L’infiniment grand dans l’infiniment simple…

« Souviens-toi de toujours savoir ce que tu veux. »

« Ne  renonce jamais à tes rêves. »

« Écoute ton coeur. »

« Pourquoi devons-nous écouter notre coeur…? »
« Parce que, là où sera ton coeur, là sera ton trésor. »
« Parce que tu n’arriveras jamais à le faire taire.
Et même si tu feins de ne pas entendre ce qu’il te dit,
il sera là, dans ta poitrine, et ne cessera de te répéter
ce qu’il pense… »

« Suis toujours les signes. »

J’en suis…

Peu importe sa croyance
et le nom propre pour la désigner
l’apparence est sans importance
ne l’est que son essence
pour écrire
« espérant » et confiant
notre propre Légende Personnelle…

Le bonheur nous rêve
et nous attend…
Je crois…
J’y crois…

 

 

Read Full Post »

 

Parce que ce voyage s’est offert à moi par des mots dits d’une amie et par un chemin jusqu’à lui, ce livre joli…

C’est Marité Villeneuve de Lévis et son chemin  » Pour un dimanche tranquille à Pékin  » qui me permettent aujourd’hui de vous partager quelques lettres choisies d’Elle, juste pour dire de l’écriture par ses mots…

Et ça va comme suit…

 

… C’est ça que l’écriture veut dire également : la violence du voyage ! Ça ne veut pas raconter sa vie, ça veut juste dire la violence de vivre.

Mais ça ne sait pas comment dire. Ça cherche. Ça tâtonne. Ça parle d’amour et de mots. Ça écrit joli. Ça écrit poésie et ça ressent un certain contentement. Ça cherche le beau dans la douleur. Et ça écrit entre-temps des histoires un peu mièvres. Ça reste à la surface des choses, ça contourne, ça cherche la porte pour entrer dans ce qui veut se dire. Parfois, ça touche le désespoir et ça écrit avortement. Ceci est un avortement de mots. Et on a mal au ventre depuis trois jours, dans l’avortement symbolique du texte. Et puis le texte revient, se reforme, le texte veut vivre. Le texte parlera. On fera parler le discours avorté, on le fera renaître sous une forme nouvelle. Dans cette démarche-là, ça ne peut même pas utiliser le JE. Il faut que ça mette une distance pour se dire…

 

Source: Pour un dimanche tranquille à Pékin, Marité Villeneuve, Éditions FIDES, 2011

 

 

Read Full Post »

Older Posts »